Le coin des parents

Go back
Conseils & Astuces

Alimentation de bébé: 3 bonnes raisons de se mettre au fait maison

aurélie d'hulst — mar 19, 2019

Choisir les aliments avec son enfant, les toucher, l’aider à les cuisiner… de quoi éveiller ses 5 sens et lui apprendre à bien manger, pour aujourd’hui et demain!

Ne cherchez plus, il y a au moins 3 bonnes raisons d’adopter le homemade.

Les parents aux journées bien remplies le savent: il n’est pas simple de conjuguer vie active et plaisirs de la table. Pourtant, avec peu d’efforts, un brin de temps et beaucoup de plaisir, cuisiner des aliments variés est une mission à votre portée! Et c’est essentiel pour le développement de bébé. 

 

3 vraies raisons d’enfiler votre tablier!

 

Et si, malgré votre rythme de folie, vous releviez le challenge de donner à vos bambins le goût du bon et du sain?

1. Pour que bébé comprenne ce qu’il y a dans son assiette

Adopter le fait maison dès le plus jeune âge, c’est comprendre d’où viennent les aliments, et être éduqué au bien-manger. L’enfant qui pense que les poissons sont carrés, panés et sans arrêtes, est-il un mythe? Après tout, les petits savent bien à quoi ressemble un poisson, ils en ont vu dans les livres et les aquariums. Mais font-ils vraiment le lien entre le bâtonnet surgelé et l’animal? Pas toujours! D’ailleurs, beaucoup d’entre eux pensent que le poulet n’a pas d’os ou que le goût du yaourt à la fraise est meilleur que le fruit lui-même. Un article de Slate faisait déjà état du phénomène en parlant de génération “surgelé-plastique”. Habitués dès leur plus jeune âge à manger des aliments transformés, les enfants d’aujourd’hui ne font parfois pas le lien entre le contenu de leur assiette et sa provenance. Il y a fort à parier que si ces enfants avaient vu papa touiller dans la casserole plus souvent, ils auraient rapproché les nuggets de l’animal de la ferme, et saisi plus tôt la nécessité de manger sain.

2. Pour qu’il découvre de nouvelles saveurs

La nourriture industrielle offre des sensations de saveurs bien trop lisses, nous laissant aussitôt avec une impression de frustration… qui incite à reprendre une bouchée, encore et encore. Donnez un chips à un enfant, il y a fort à parier qu’il dévore l’entièreté du paquet. Un cercle vicieux qui peut conduire tout droit à l’obésité. Selon La Ligue des familles, il y a bien une “augmentation de la prévalence de l’obésité en Belgique, chez les enfants comme chez les adultes. Les personnes en surpoids formaient moins de 5 % de la population mondiale dans les années 1960, elles sont aujourd’hui 39 %. Et 13 % d’obèses”.

Offrir du fait maison à son tout petit, c’est lui donner les meilleures bases et l’habituer dès son plus jeune âge à ne pas manger trop sucré, ni trop salé. Car aux fourneaux, vous pouvez agrémenter vos casseroles d’épices et d’herbes aromatiques, sans additifs néfastes, pour flatter tous les palais. Habitués dès leur plus jeune âge à ces saveurs diverses, les enfants développeront le réflexe de se tourner vers des aliments frais et sains une fois grands.

3. Pour que votre petit participe à la préparation des repas

Donner à son enfant une cuillerée du risotto qui mijote, le faire croquer dans du chou-fleur cru en préparant le gratin ou admirer la ratatouille qui fristouille… sont autant de moyens de l’éveiller à une nourriture authentique, goûteuse et savoureuse. 

La cuisine s’impose donc comme un lieu de plaisir et de découverte. L’enfant y participe au processus de préparation des repas: il regarde, touche, sent les aliments bruts, choisit les légumes de saison, apprécie les parfums qu’ils dégagent… Et l’exploration peut commencer même avant, du marché aux champs: baladez-vous avec votre petit bout dans le potager de mamy, ramassez des châtaignes et cueillez des champignons au début de l’automne, laissez-le choisir les légumes sur les étals du marché, ou encouragez-le à remplir un sachet de lentilles à l’épicerie en vrac… Autant d’événements qui deviendront de magiques habitudes, dès aujourd’hui et pour toute la vie!